NOS CREATIONS


FER AILLEURS

Né d’une famille de gitans ferrailleurs, j’ai toujours été lié au métal. Mes grands parents tenaient une casse dans laquelle ils rachetaient et revendaient toutes sortes de métaux. A l’âge de 8 ans mes parents et moi avons cessé de voyager et nous sommes installés dans cette casse avec nos deux mobil homes.

J’y ai vécu jusque mes 11 ans, c’était vraiment génial à cet âge. La casse était mon jardin, mon parc d’attraction perso ! Je jouais constamment dans les carcasses de voiture et j’y passais mon temps à retrouver des trésors  dans les amas de métaux…

visuel kisskiss site

BOJOO ACT 1

Depuis mes débuts dans le domaine artistique, mon rapport au public est important, la rue reste pour moi l’endroit le plus propice et le plus captivant pour l’expérimentation et la confrontation directe au public pour la proximité possible en l’absence de scène à proprement parler..

La part d’improvisation demeure importante car le prévu devient souvent l’imprévu. Le lien entre les gens évolue épisodiquement lui aussi en imprévu. Le lien entre les gens eux-mêmes est intéressant, il demeure mon terrain de jeu le plus divertissant.

D’OU JE VAIS

Nainaine, c’est ma grand-mère. Petits, on la regardait sur les tables, lors des mariages ou aux fêtes, danser et enflammer tout ceux qui la regardaient, même les guitares. C’est l’une des magies de mon enfance, je lui dois donc la danse.

Elle s’appelle Pauline, nous on l’ nommait Nainaine. Je voulais que le spectacle porte son nom mais j’ai préféré  tracer la route : «D’où je vais», une manière de faire un bout de chemin avec elle. C’est à cause d’elle que je danse, enfin….  pour elle, grâce, à cause, peu importe…..